Normandie 1944, un nouveau regard sur le conflit – L’Écho

Les éditions Weyrich publient un « mook » sur le débarquement à Utah Beach et la bataille du Contentin.

Parmi les nombreuses publications qui marquent le 75e anniversaire du débarquement de Normandie, nous avons épinglé ce « mook », format entre le livre et le magazine, publié chez Weyrich, un éditeur luxembourgeois dont la rigueur scientifique est la marque de fabrique.

N’a-t-on pas déjà tout dit sur cet illustre épisode de la seconde guerre mondiale? « Depuis quelques années déjà, une nouvelle génération d’historiens militaires émerge, exemptée de rancœur envers les Allemands, cherchant essentiellement à inscrire son travail dans un devoir de mémoire », répond l’éditeur Olivier Weyrich. « La circulation actuelle des données ouvre l’accès à des archives plus facilement, plus rapidement et plus abondamment que par le passé. »

Utah Beach

Ce mook est un ouvrage collectif qui fait partie de la « collection 1944 ». Il cible la plage Utah, située la plus à l’ouest et choisie pour pouvoir envahir la presqu’île du Cotentin et déloger les Allemands de Cherbourg, port stratégique pour les Alliés.

L’ouvrage donne un aperçu de ce qui s’est passé dans les états-majors, parmi les soldats sur le terrain, mais aussi dans les maquis et au sein de la population normande. Les auteurs s’appuient sur « les sources primaires », c’est-à-dire les archives militaires, témoignages mais aussi photos relativement inédites, cartes et films d’époque pour lesquels ils fournissent toutes les références.

Brigade Piron

L’ouvrage se termine par le témoignage d’Edmond Schmickrath, originaire de Libramont et membre de la fameuse brigade Piron, débarquée en Normandie en août 1944, deux mois après le D-Day. Son périple à travers la campagne normande, le plus souvent en rampant sous le feu ennemi, s’est terminé quelques semaines plus tard dans les rues de Bruxelles où la brigade a été invitée par les Britanniques à rentrer en premier.

Pas que des Américains

Dans cet ouvrage, on ne croise guère que des Américains, puisque Utah Beach était un des deux secteurs qui leur avaient été attribués (avec Omaha Beach). Cela ne doit pas faire oublier que le débarquement allié était d’abord une affaire britannique. Entre le 6 et le 10 juin, ils étaient 81.000 sujets de sa Majesté (Britanniques et Canadiens) à fouler le sol français contre 73.000 Américains. C’est ce que souligne l’historien français Dominique Lormier dans son nouveau livre « Les vérités cachées de la seconde guerre mondiale ».

Dans le dernier chapitre, il explique que le cinéma américain a toujours eu tendance à se focaliser sur l’apport américain dans la libération du Vieux Continent. « On ignore généralement que 75% du territoire national ont été libérés par les soldats britanniques, canadiens, français et autres alliés non américains. »

« Normandie : Utah, la plage stratégique », éditions Weyrich, 228 pages, 20 euros

« Les vérités cachées de la seconde guerre mondiale », Dominique Lormier, éditions du Rocher, 396 pages, 22,90 euros

Jean-Paul Bombaerts, Journaliste

 

Retrouvez cet article sur le site de L’Écho !

Retrouvez ces sujets et bien d’autres dans 1944 : Normandie. Utah, la plage stratégique au prix de 20€ sur notre e-shop.