La Panzer-Lehr-Division fonce sur Bastogne

La Panzer-Lehr-Division a pour mission de capturer Bastogne dès les premiers jours de l’offensive des Ardennes. L’échec qu’elle essuie devant la ville carrefour est pour beaucoup dans les difficultés rencontrées par la 5.Panzer Armee dans sa course à la Meuse. L’autopsie de cette phase de l’opération permet d’illustrer les nombreux facteurs qui ont conduit l’attaque allemande dans une impasse.

Le dispositif germanique devant Bastogne

C’est dans le plus grand secret que le général Hasso von Manteuffel, commandant de la 5.Panzer Armee, est informé entre le 25 et 29 novembre 1944 des plans de Hitler visant à lancer une offensive ultime et décisive dans les Ardennes. Les échelons inférieurs, notamment l’état-major du XLVII. Panzer-Korps du General der Panzer Freiherr von Lüttwitz, ne sont instruits des détails de l’opération Wacht am Rhein que le 7 décembre suivant lors d’un Planspiel à Kyllburg. Il faut encore attendre cinq jours pour que la transmission des instructions aux commandants de divisions et de régiments ne soit autorisée, et ce, toujours dans le plus grand secret !

Le haut commandement allemand est bien conscient que les préparations sur le terrain ne vont pas passer inaperçues. Aussi, pour dissimuler l’objectif réel de cet immense rassemblement militaire dans l’Eifel, l’information qu’il fait circuler dans les rangs insiste sur la nature purement préventive des mouvements, en raison d’une offensive imminente des Alliés en direction de la région Cologne-Bonn. Les troupes d’assaut ne peuvent pas rejoindre les lignes de front avant la nuit du 14 au 15 décembre 1944 pour éviter tous risques de divulgation du caractère offensif des intentions germaniques.

Coiffé par la 5.Panzer Armee, le XLVII. Panzer-Korps dispose principalement d’une Volks-Werfer Brigade, d’un Volks-Artillerie Korps, du Heeres-Pionier-Bataillon 800. Son fer de lance se compose de la fameuse 2.Panzer- Division, de la 26.Volks-Grenadier-Division (26. VGD) et de la légendaire Panzer-Lehr-Division (PLD). Une division d’élite, placée sous les ordres du Generalleutnant Fritz Bayerlein sur laquelle nous allons braquer les projecteurs pour analyser son rôle opérationnel joué dans la course pour Bastogne. Il est important de noter que la question de Bastogne est longuement abordée par le General von Lüttwitz lors des Planspiele de Kyllburg. À ce sujet, le General von Manteuffel se réfère à un ordre de l’armée insistant particulièrement sur la nécessité impérative pour l’offensive d’une avance rapide, sans prendre égards aux villes fortement défendues, celles-ci ne devant être neutralisées que par la suite. […]

Retrouvez la suite de cet article dans le numéro 1 de 1944 Bastogne, à la veille du choc. 

1944 est disponible en librairie ou sur le site Internet des éditions Weyrich.