Posté par digital@mook1944.com

Suivez Hugues Wenkin sur les traces de la Easy company

« Demandez à n’importe quel vétéran de la campagne du nord-ouest de l’Europe d’identifier le combat le plus rude auquel il a participé et vous pouvez vous attendre à ce qu’il vous réponde le débarquement ou tout autre jour où son unité a subi une expérience émotionnelle sensible.[…] Pour un parachutiste de la 101st Airborne Division, la réponse sera simple : la bataille des Ardennes. Les trente jours entre notre arrivée à Bastogne et la fin de l’attaque du régiment contre Noville le 17 janvier constituent la période la plus intense de combat pour le 506th Parachute Infantry Regiment de la Seconde Guerre mondiale ».

Lire la suite

Le Tiger de Jemappes

Début septembre 1944, un Tiger II du schwere SS -Panzer-Abteilung.101, l’unité du célèbre Michael WITTMANN, est abandonné dans la poche de Mons…

Lire la suite

La Panzer-Lehr-Division fonce sur Bastogne

La Panzer-Lehr-Division a pour mission de capturer Bastogne dès les premiers jours de l’offensive des Ardennes. L’échec qu’elle essuie devant la ville carrefour est pour beaucoup dans les difficultés rencontrées par la 5.Panzer Armee dans sa course à la Meuse. L’autopsie de cette phase de l’opération permet d’illustrer les nombreux facteurs qui ont conduit l’attaque allemande dans une impasse.

Lire la suite

101st – Épisode 2

L’historique régimentaire du 506st Parachute Infantry Regiment évoque aussi la façon dont la presse US rend la bataille célèbre.

Lire la suite

Hitler, le seul à y croire ?

Le plan allemand pour la bataille des Ardennes est une construction théorique qui ne va pas résister à une douloureuse confrontation avec les réalités opérationnelles et tactiques. À part les stratèges en chambre dans les bureaux de la Chancellerie à Berlin qui rêvent éveillés, aucun officier allemand ayant subi l’épreuve de la bataille ne croit à la réussite de l’offensive. Tous le savent, mais peu osent le dire !

Lire la suite